Catégories
Mon projet d'écrire

Le mâle domine ? L’accord de proximité

Catégories
Mon projet d'écrire

Relecteur-correcteur, mais qu’est ce que c’est ?

Catégories
Mon projet d'écrire

L’édition après le confinement : entre sensationnalisme et opium culturel

Catégories
Mon projet d'écrire

L’écriture du confinement : la SF est morte, vive…?

Catégories
Mon projet d'écrire

L’écriture du confinement : journaux de bords et projets imaginaires

Catégories
Mon projet d'écrire

Un antagoniste mémorable

Catégories
Mon projet d'écrire

La complexité du narrateur


Aujourd’hui je vous propose de découvrir le narrateur, ou plutôt les différents narrateurs. Nous allons comprendre ensemble les différents types de narrateur. Et je vous donnerai ensuite des clés pour mettre en scène un narrateur intéressant et correspondant à votre histoire. 

Lors de mon article sur le héros de fiction, nous avions choisis un personnage exemple que nous avons utilisé tout au long de l’article. je ne pouvais pas car aucune oeuvre ne réunit chaque type de narrateur. Pas de panique, une fiche personnage sera quand même présente en fin d’article à titre d’exemple !

Le narrateur : un élément toujours présent

Le narrateur est présent dans toutes les histoires : pour qu’une histoire vive, il faut que quelqu’un la raconte. Il doit énoncer l’histoire, la produire : c’est son rôle. Il peut être un personnage, le récit est alors écrit à la première personne. Il est parfois une entité fictive : il n’est pas un personnage, il n’existe pas réellement. Cela tend parfois à confondre le narrateur avec l’auteur, notamment lorsque le récit est écrit à la troisième personne, malgré ça, gardez en présence que ce n’est pas le cas ! On peut le considérer comme une instance jumelle de l’auteur, mais jamais l’auteur lui-même. Malgré cela, dans certains cas précis, l’un peut être assimilé à l’autre, nous allons en parler.

C’est pourquoi il y a plusieurs types de narrateurs : il est possible de raconter une histoire de différentes façons, parfois propres à chacun.

Différents narrateurs

« Beaucoup de personnes se donnent encore aujourd’hui le ridicule de rendre un écrivain complice des sentiments qu’il attribue à ses personnages; et, s’il emploie le ‘je’, presque toutes sont tentées de le confondre avec le narrateur. »

Lys dans la vallée – Préface – Balzac

Il existe deux types (ou statuts) de narrateur : 

Le narrateur interne

Le narrateur interne fait partie de l’histoire. Il est une part de l’histoire, il en fait partie. On le qualifie aussi de narrateur personnage. Il est clairement identifié et agit directement au coeur du récit. C’est pourquoi il utilise la première personne du singulier. Dans le cadre d’une autobiographie le narrateur est l’auteur. C’est le seul cas.

Le narrateur externe

De l’autre côté, ce narrateur ne fait pas partie de l’histoire. Il est plus difficile à comprendre et à cerner car il n’a pas d’identité propre. Il s’agit d’une entité dont l’objectif est de raconter l’histoire. Ici le récit se déroule à la troisième personne du singulier.

Le point de vue

Donc, le narrateur fait partie ou non du récit grâce à son statut. Mais les choses se précisent quand vient le moment de choisir un point de vue narratif. En effet, si il n’y a que deux types de narrateurs, ils ont le choix entre plusieurs points de vue.

Le point de vue interne

Le point de vue interne peut être utilisé par un narrateur interne ou externe à l’histoire. Cependant l’histoire sera focalisée sur un personnage, ses sentiments, son passé, ses actions.

Un narrateur interne en point de vue interne (narration homodiégétique) est le protagoniste. Le héros qui raconte sa propre histoire. Il raconte l’histoire à la première personne du singulier et développe ce qu’il ressent et pense. Le récit porte souvent sa marque.

Un narrateur externe en point de vue interne (narration hétérodiégétique à focalisation interne) parle à la troisième personne du singulier. Il reste focalisé sur le personnage principal. Il n’est pas le personnage mais il pourra vous montrer le point de vue du héros et ses pensées immédiates.

Le point de vue externe

Un narrateur en point de vue externe est un narrateur observateur. Il se contente de raconter le récit. Il ne s’immisce pas dans le cours des événements. Les pensées des personnages ne sont pas communiquées au lecteur et il n’y a aucune explication sur la façon dont les personnages vivent l’histoire ou leurs relations. Le narrateur est le moins impliqué possible.

Le point de vue omniscient

Le point de vue omniscient ou narration hétérodiégétique à focalisation zéro. Le narrateur omniscient peut choisir de révéler au lecteur tous les secrets des personnages, mais il peut aussi lui raconter des choses que les personnages eux-mêmes ne savent pas encore, ou ne sauront peut-être jamais.

Malgré ce grand pouvoir, le narrateur omniscient reste un narrateur externe donc s’il a beau tout savoir sur le récit, il ne peut pas intervenir sur le cours de l’histoire. Il ne peut qu’observer et raconter. Le récit est raconté à la troisième personne mais le narrateur peut se permettre d’entrer dans la tête de n’importe qui, n’importe quand. Il n’a que ses propres limites.

Choisir le bon narrateur

A présent que les différences entre les narrateurs et leurs points de vue sont claires, passons aux choses sérieuses : comment avoir un bon narrateur crédible et captivant ?

Il vous faut tout d’abord choisir votre type de narration : C’est grâce à cette information que vous pourrez améliorer votre personnage . Votre approche narrative définit votre narrateur mais aussi votre façon de vouloir raconter l’histoire. La narrateur peut être un personnage de l’histoire ou externe à celle-ci ; cela change le rapport du lecteur à l’histoire : il peut être plus difficile de comprendre une entité abstraite sans visage ni nom. Dans le cadre d’une autobiographie ou d’une autobiographie romancée, c’est l’auteur qui sera le narrateur. C’est le seul cas !

A présent il vous faut choisir votre point de vue narratif.

Si vous choisissez la première personne votre récit sera plus intime, vous aurez l’impression de vous livrer. Toutefois cela vous limite car vous devez vous cantonner aux pensées et ressentis de votre narrateur personnage.

Dans une narration à la troisième personne alignée sur un seul personnage, le narrateur est un observateur non impliqué. Ce type de narration est très courant. Il est conseillé de commencer par ce mode de récit car plus facile à gérer pour un auteur débutant : pas besoin d’impliquer le narrateur ou de lui faire connaître les pensées de tout le monde.

Si vous choisissez un narrateur omniscient, votre récit n’en sera que plus riche, mais il sera aussi bien plus complexe à aborder. En effet, si l’on a le pouvoir de tout connaître, il ne faut pas tout dévoiler au lecteur qui a besoin de mystère pour apprécier l’histoire.

Encore une fois, n’hésitez pas à multiplier vos lectures pour voir comment les autres écrivains exploitent les narrateurs !

A présent vous savez comprendre et même façonner un narrateur. Je vous propose de découvrir comment, grâce à une fiche personnage, vous pouvez dresser un portrait de votre narrateur. Pour cela, je vous propose le portrait du narrateur de Le Hobbit écrit par J.R.R Tolkien, notre exemple du jour. Voici donc sa fiche complète ainsi qu’une fiche vierge pour vous aider ! 

Merci pour votre temps, j’espère que cet article vous aura plu !

Sur ces bonnes paroles, je vous souhaite une belle semaine, et je vous attend vendredi prochain ! Prenez soin de vous, soyez patient, soyez prudents, et si vous vous ennuyez ; écrivez, lisez, rêver à ce que vous aimeriez … C’est ce que je ferais moi en attendant de vous retrouver.

A bientôt !

Catégories
Mon projet d'écrire

La longueur de mon roman

Catégories
Mon projet d'écrire

Quantifier son manuscrit

Catégories
Mon projet d'écrire

La longueur d’un manuscrit